Mairie de Chateaudouble

Présentation

Vue aérienne

Châteaudouble

Véritable nid d’aigle, Châteaudouble a bien mérité son nom primitif de « Castel Diabolium », il a conservé son aspect médiéval. A une altitude de cinq cent vingt cinq mètres, le village domine les gorges de la Nartuby d’un aplomb de cent trente mètres.

L’étymologie de Châteaudouble s’explique par la présence au Moyen Age de deux châteaux, l’un actuellement représenté par les ruines de la Tour, donjon carré daté du XIIème siècle de deux niveaux voutés.qui est dans le vieux village, l’autre sur la rive gauche de la Nartuby, ancien Château de La Garde, détruit au XVIème siècle.

Château du Diable ou Châteaudouble, ce lieu élevé fut longtemps considéré comme imprenable. Ainsi en 890, des gens de la région fuyant les sarrasins vinrent s’y réfugier. Le village initialement construit sur le haut du rocher descendra son implantation sur l’emplacement actuel au XVème siècle.

Juché sur son étroit plateau, Châteaudouble est un village qui invite à la découverte nonchalante de ses ruelles se faufilant entre les maisons et grimpant jusqu’aux ruines du château. Ainsi on découvre :

  • Une table d’orientation et des vents implantée sur les ruines du chateau.
  • Le grand lavoir daté de 1811, emprisonné aujourd’hui dans la cour de l’école.
  • La montée vers la salle des mariages édifiée avec d’énormes pierres taillées, assemblées par des brides en fer soudées au plomb.
  • La Tour neuve (inscrite sur l’inventaire des monuments historiques).
  • Le fort de la tour à l’emplacement du cimetière actuel où s’élèvent les ruines de l’ancien château féodal.
  • Le Belvédère avec vue sur les Gorges et la chapelle Saint Jean.
  • L’église Notre Dame de l’Annonciation située au cœur du village actuel, construite en 1594, agrandie en 1678, renferme trois retables du XVIIème siècle. La porte d’entrée secondaire en bois du XVIIème siècle et les fonds baptismaux du XVIème siècle sont classés.
  • L’ancien chemin muletier, seul accès au village jusqu’au XIXème siècle où l’on percera le tunnel dans le rocher.

Le hameau de Rebouillon est rattaché au village. Il est situé plus bas sur les rives de la Nartuby. On peut y découvrir un petit château à deux pavillons carrés délimité par un mur de pierres circulaire et une église paroissiale, construite en 1685 et restaurée en 1823.

Illustré par ses oignons (variétés de Rebouillon), il fut longtemps le jardin vert de Draguignan.

Des dizaines de kilomètres de chemin de randonnées sillonnent la contrée. C’est aussi le paradis des grimpeurs et passionnés d’escalade avec plus de 360 voies ouverte à l’aplomb des Gorges.

Pour les passionnés d’escalade, plus de soixante voies sont ouvertes à l’aplomb des Gorges.

 

image2Les Armes de la commune sont de gueules, frettées de six pièces d’or entre semées de besants et une fleur de lys aussi d’or en cœur brochant sur le tout.

 

Le nom des habitants est les ChâteaudoublainsCasteldoublains en langage provençal – on les surnomme aussi Lei Gimerri (les mulets).